Procédé de rénovation & résultats

Un procédé de rénovation innovant

Le procédé permet la régénération de l’intérieur des fûts de vin usagés, par le trou de bonde sans aucun démontage des douelles et des fonds. Il associe un gommage par projection d’un abrasif naturel et deux traitements d’aseptisation, par la vapeur et au dioxyde de soufre.

Le principe du traitement industriel

Après transmission par le client d’une fiche de contrôle Qualité-Traçabilité, reprenant les caractéristiques des fûts (nombre d’élevage, type de chauffe, type d’entretien pratiqué…), et une inspection visuelle à l’arrivée, un diagnostic précis est établi afin de déterminer et d’adapter le type de traitement à appliquer.

Le fût subit alors une série d’opérations de nettoyage et d’aseptisation

  1. I. Nettoyage (gommage) physico-mécanique par projection d’un abrasif naturel
    Le minéral est projeté sous une pression modulable en fonction de l’état du fût (colmatage, vétusté, origine du bois…). La préservation maximum de la chauffe initiale étant le but recherché. Ainsi toute la surface, le corps et les fonds sont gommés de façon uniforme. Le gommage est réalisé sur une épaisseur variant de 0,4 à 0,8 millimètre selon la dureté de la chauffe et l’élimination du bois altéré.
  1. II. Le minéral et les résidus sont évacués par projection hydraulique et utilisation d’une eau déchlorée
  1. III. Aseptisation
    Pour rendre le fût plus aseptique et le décontaminer au maximum, deux traitements ont été mis au point avec le concours  de la Faculté d’Oenologie de Talence.
      • la vapeur sèche (le couple t° / pression est réglé pour maintenir l’eau entre sa phase liquide et gazeuse), au-dessus de 100° pendant plusieurs minutes. A l’issue de cette première phase d’aseptisation, un rinçage est réalisé afin d’éliminer les colloïdes et matières colorantes (anthocyanes). Le résultat est d’autant plus efficace que le traitement a été effectué sur un bois épuré.
      • soufre gazeux : après égouttage et séchage, on injecte à travers la bonde silicone, du gaz sulfureux sous pression dont la quantité varie avec la date d’entonnage. La surpression fait pénétrer le gaz dans les pores du bois et les interstices entre les douelles. Les fûts traités et destinés à loger des alcools ne subissent pas la phase de sulfitage.
    • bondage silicone : nettoyage puis stérilisation des bondes d’origine.

barrique neuve

Les résultats

Après avoir logé plusieurs récoltes, l’intérieur du fût est colmaté et contaminé. Le procédé physique ainsi que les deux traitements complémentaires d’aseptisation communiquent au bois une seconde jeunesse :

1. Retour de l’oxygénation ménagée par la libération des pores du bois.

2. Aseptisation maximum par l’effet conjugué des trois traitements

Le procédé physique nettoie le fût en éliminant les dépôts organiques et minéraux: tartres, sulfates, matières colorantes,colloïdes.. ainsi que le film micro-floral de surface et d’imprégnation du bois (moisissures, bactéries, levures diverses dont Brettanomyces bruxellensis…)

• Le Procédé physique ayant libéré les pores du bois,  la vapeur sèche tue les microorganismes en dénaturant les protéines des membranes cellulaires par hydrolise de liaison.
• Le gaz sulfureux sous pression qui pénètre dans les pores et les anfractuosités du bois, reste efficace pendant deux mois.

3. Mise à jour d’un bois de chauffe épuré, avec maintien des constituants aromatiques.